• Emy

Le métier de Doghandler/Musher

Mis à jour : janv. 19

Avoir une forêt enneigée comme bureau, avec des huskys comme collègues et faire du traîneau presque tous les jours... C'est possible ! En étant musher, ou doghandler.

Les images font rêver, mais attention... Le quotidien demande beaucoup de travail. Vous voulez découvrir les dessous du quotidien de ce job incroyable ? C'est parti pour l'immersion !!



SOMMAIRE



Quelles sont les missions du Doghandler ?


Le doghandler, c'est l'assistant des guides mushers. Ce sont les petites mains qui aident les guides et propriétaires de chenil à s'occuper des chiens tous les jours, du matériel et qui est présent sur les tours ou les compétitions pour aider en cas de besoin.


Derrière les photos de rêve, il y a une réalité quotidienne exigeante et intense :


c'est un travail extrêmement physique, souvent 7j/7 en haute saison (en cette période de pandémie il y a moins de clients donc on peut avoir 2 jours de repos par semaine), en extérieur peu importe la météo, pour nourrir les chiens deux fois par jour, nettoyer leurs crottes, nettoyer/ranger/réparer le matériel, déneiger à la pelle pendant des heures, préparer la nourriture à l'odeur pas toujours alléchante dès 7h du matin, soulever des sceaux très lourds en marchant dans la neige si c'est en hiver (ou dans la boue en automne), se renverser de la mixture de viande/eau/croquettes sur soi (ça arrive), être dispo H24 en cas de besoin, suivre les tours pour assister les clients...

Le tout par -25°c !! Haha ! Toujours motivés ?


Alors je vous explique tout en détails sur ce job incroyable parfait pour les amoureux de l'outdoor, des chiens, du sport et de la liberté =)



Comment on devient Doghandler/Musher ?

Pas besoin de diplômes ou d'études ! (sauf en France LOL). L'élément crucial est : la MOTIVATION.


"Doghandler", c'est en général un travail en "volontariat", on est donc logé et nourri mais pas/peu payé. Et... on fait du traîneau gratuitement ! Vous pouvez trouver des annonces sur Workaway ou sur les groupes Facebook de mushers. Attention à bien se renseigner sur les conditions !

L'idéal est de commencer par un petit chenil familial pour tester et apprendre sans pression.


"Musher", c'est un travail payé et logé. On devient musher avec plusieurs saisons d'expériences en tant que doghandler, et ce sont généralement des personnes qui possèdent elles-mêmes des chiens. Il y a les mushers qui travaillent à leur compte avec leurs chiens, ou qui travaillent pour d'autres chenils comme saisonnier.

Ce poste est à très grande responsabilité, il requiert de nombreuses compétences (gestion des touristes, connaissances parfaite du matériel et des animaux, connaissance du terrain, maîtrise des risques, gestion d'imprévus, gestion du matériel, survie par tout temps en extérieur, secourisme...), et beaucoup d'expériences avec les huskys.

Ceci dit, il y a aussi beaucoup de personnes qui font ça en loisir, ils sont mushers par plaisir/hobby avec leurs chiens et n'ont pas de touristes ou de statut professionnel.


Ce qui est nécessaire pour faire ces jobs :

  • un bon feeling et être en confiance avec les chiens, spécifiquement avec les huskys

  • une volonté de bien faire, d'écoute et d'adaptation importante

  • ne pas compter ses heures

  • aimer travailler dehors, en tout temps et toutes températures

  • être en très bonne forme physique

  • être OK pour passer plusieurs semaines ou mois en dehors de la civilisation citadine

  • être très flexible (les plannings peuvent changer sans arrêt)

  • savoir garder son sang-froid face aux situations d'urgence (animal blessé..)




Où peut-on travailler comme Doghandler/Musher ?


Il existe plusieurs types de chenil : familial, touristique, de compétition. Les effectifs vont de 20 à plus de 200 chiens, les conditions ne sont évidemment pas les mêmes pour les chiens et ceux qui s'en occupent. Chaque chenil a sa propre façon de faire et sa propre mentalité !

L'idéal sont les pays scandinaves (Norvège, Suède, Finlande) et le Canada, par rapport aux conditions climatiques et au terrain principalement, mais aussi car cette activité est inscrite dans le patrimoine culturel de ces pays.


Journée type


Chaque chenil a sa propre "routine", qui diffère selon :

  • le type de chenil (touristique, compétition, personnel..)

  • le nombre de chiens (entre 20 et 200)

  • la mentalité des propriétaires et des mushers

Dans un seul et même chenil, le programme de la journée varie selon :

  • la saison

  • réservation de tours ou non par les touristes / courses /compétitions...

  • la météo

  • les événements ponctuels : aller chez le vétérinaire, nettoyer du matériel, donner les vermifuges, recevoir les livraisons de viande et croquettes, faire le plein d'essence des motoneiges, vérifier/retracer les sentiers avec la motoneige, déneiger le dessus des abris des chiens, dégager l'ouverture des portes des cages après les chutes de neige, etc...


Donc voici juste un exemple possible de journée type pour un doghandler, dans un chenil touristique de 42 chiens en hiver, en supposant qu'il y ai des réservations pour un tour "long" le matin et un tour "court" l'après-midi :


6h : réveil

7h : rdv à la "dog kitchen", pour préparer 3 sceaux de viande/eau, ainsi que 5 gamelles de croquettes/eau pour les chiots. On met le tout dans une grande luge, que l'on traîne jusqu'au chenil (en essayant de pas tout renverser au gré des bosses du chemin)


7h15 : distribution d'une louche de viande/eau par gamelle. On rentre dans chaque cage où se trouvent en général 2 chiens, pour verser les louches.

7h45 : on repasse dans chaque cage pour ramasser les gamelles et les crottes.


8h : retour à la "dog kitchen" pour déposer les sceaux, nettoyer les gamelles des chiots et et mettre à tremper les croquettes des chiots pour leur prochain repas (ils mangent 4 fois par jour, environ une fois toutes les 4h, alors que les adultes mangent 2 fois).

8h10 : pause et préparation des équipes de chiens sur un tableau. Cette liste peut changer à la dernière minute, selon le feeling du guide et les clients (CF "Comment ils constituent les équipes de chiens", plus bas dans l'article). Entre 5 et 6 chiens par traîneau.


9h : une des guides fait un speech explicatif aux clients sur l'utilisation du traîneau et les consignes à respecter. Les clients ont accès à un dressing pour s'équiper de vestes et pantalons chauds.


Pendant ce temps, l'autre guide et le doghandler vont préparer les traîneaux (mettre en place les lignes de cordes, attacher les traîneaux aux mâts et planter les ancres de sécurité), ainsi que les chiens (on met les harnais aux chiens qui vont courir, puis on les amène au fur et à mesure aux traîneaux pour les attacher à la ligne).

Quand tout le monde est prêt, c'est le départ !


Une guide prend la tête du convoi, puis suivent 1 à 4 traîneaux (2 personnes par traîneau), suivi par la deuxième guide (soit en traîneau, soit en motoneige) qui ferme la marche et surveille, prête à intervenir en cas de besoin. Le doghandler peut être soit tout devant sur le traîneau de la guide, soit tout derrière avec l'autre guide. Dans les deux cas, il est là pour intervenir et aider.


12 h : retour du long tour, on enlève les harnais et on ramène les chiens dans leurs cages en les félicitant. On remet en place les traîneaux pour le tour de l'après-midi.

Repas des chiots, puis on nettoie leurs gamelles avant de remettre à tremper des croquettes pour leur prochain repas.


13h : Pause déjeuner


14h : Acceuil des clients, speech de la guide, préparation des traîneaux et des chiens.. Et c'est reparti !

15h30 : retour au chenil, on range les harnais et les traîneaux comme il faut

16h : repas des chiens : rdv à la "dog kitchen" pour préparer les sceaux d'eau/viande. On emmène le tout avec la luge. Distribution des louches dans chaque gamelle, avec en plus (juste le soir), une ration de croquettes adaptée à chaque chien. Repas des chiots aussi.


16h45 : Nettoyage des sceaux utilisés pour les repas, préparation des gamelles des chiots pour leur prochain repas. On va chercher une plaque de viande dans le congélateur, que l'on casse en 6 morceaux (soit à la hache, soit en la jetant sur une pierre). On réparti les morceaux dans les 6 sceaux avec un peu d'eau pour que la viande décongèle et se décompose dans l'eau durant la nuit. On utilisera alors 3 sceaux le lendemain pour le repas du matin, puis 3 sceaux pour le repas du soir (quantité pour une quarantaine de chiens).

17h : fin de la journée !


21h : 4ème repas des chiots. Nettoyage et préparation des futures gamelles (car les croquettes doivent toujours avoir eu le temps de s'imbiber d'eau pendant quelques heures).



Comment ils constituent les équipes de chiens

Constituer un équipe n'est pas toujours simple ! Il faut prendre en compte de nombreux critères :

  • quel chien s'entend avec qui (sûrement l'élément le plus important)

  • quel chien peut aller en tête

  • quelle chienne a ses chaleurs

  • qui a besoin de courir un peu plus ou moins

  • la force totale des chiens doit être adaptée au profil des clients qui seront sur le traîneau

  • le comportement de certains chiens, qui ne sont pas toujours parfaits pour les clients

La liste peut changer jusqu'à la dernière minute quand par exemple on prévoit 2 traîneaux pour 4 adultes mais qu'au final il s'agit de 2 adultes et 2 jeunes enfants, ou selon la condition physique des gens : on va mettre des chiens moins costauds si on a des gens assez légers ou inversement.

Exemple de mon parcours


En avril 2021, j'aurai à mon compteur l'expérience de trois chenils différents :

  • 1 en Norvège

  • familial avec 25 chiens, 1 mois, Septembre 2017

  • 2 en Suède

  • "Coppernose Kennels Trail Cabins" => familial avec 25 chiens, 1 mois, Décembre 2020

  • "Spruce Island Husky AB" => touristique avec 42 chiens, 3 mois, Janvier à Avril 2021

J'ai commencé avec la plateforme "WORKAWAY", que j'ai utilisé en 2017 en Norvège pour la première fois, pour vivre un mois dans une famille qui possédait 25 chiens. C'était mon premier voyage seule à l'étranger, je n'y connaissais rien du tout sur les chiens, je ne parlais pas très bien anglais... Je n'ai fais que suivre mon intuition et tout s'est bien passé !


(>> Retrouvez le récit complet de cette expérience ici << )


Il y a plusieurs annonces de familles qui ont des chiens, c'est à mon sens la meilleure façon de découvrir cet univers et tout le travail que cela demande, sans avoir la pression des gros chenils touristiques ou de compétitions.


J'ai ensuite continué à voyager, travailler et étudier pendant 4 ans avant de me replonger dans le milieu des chiens de traîneaux. En 2020, j'ai eu cette idée d'avoir un jour un ranch avec des chevaux et des chiens pour proposer des activités sportives outdoor, dans quelques années !

L'élément déclencheur de mon départ en Suède pour être Doghandler, ça a été le deuxième confinement français du mois de Novembre 2020.

Un mélange de ras-le-bol, de frustration et d'énervement que j'ai réussi à transformer en moteur super puissant pour me dire "bon, il est temps de reprendre le contrôle de ma vie, la Suède est ouverte, c'est peut-être le moment de faire une saison d'hiver là-haut pour voir ce que c'est". Puisque travailler en France en cette période était chose impossible..

En 2 semaines, j'ai tout organisé et je me suis retrouvée début décembre en Suède.

Quand on veut, on peut, et ce que j'ai fais est à la portée de n'importe qui ayant la même motivation. Il n'y a rien de compliqué : faire son sac, prendre l'avion, se rendre sur place. Ensuite, on prend les choses comme elles viennent et l'expérience se fait naturellement ^^

Quand on veut, on peut, et ce que j'ai fais est à la portée de n'importe qui ayant la même motivation

Après avoir été dans 2 chenils familiaux, je souhaitais apprendre plus de choses en travaillant dans un chenil touristique mais à petit effectif (moins de 50 chiens). J'ai trouvé celui où je suis (Spruce Island Husky AB) sur un groupe facebook de Mushers dans lequel je me suis inscrite justement pour voir les annonces de job. Ils correspondent parfaitement à ce que je cherchais, et grâce à mes deux premières expériences et sans pour autant être une musheuse professionnelle, je corresponds aussi à ce qu'ils cherchaient comme profil de Doghandler !


En suivant mon instinct, les opportunités et en ayant su m'adapter, j'ai trouvé l'endroit parfait pour moi, à l'heure actuelle et en accord avec mes objectifs d'apprentissage.



En conclusion


Doghandler, c'est la première étape vers le métier de guide/musher. En cumulant les saisons et les expériences dans différents chenils et probablement dans différents pays, vous apprenez le métier directement sur le terrain, au contact des guides et des chiens.

Travailler avec des chiens de traîneaux fait parti des métiers de rêve ! Les premières semaines sont intenses, mais si vous êtes vraiment motivés, vous allez vous éclater ;)



157 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook - Adventure's Way
  • Instagram - Adventure's Way
  • LinkedIn - Adventure's Way

COPYRIGHT © 2020 "Adventure's Way" par Emeline Frambourg

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now